audible
Sans engagement, réliable à tout moment.

Les dictées de concours d'orthographe

dictées de français - illustration écolière

Un achat intelligent et ludique pour jouer en famille et apprendre tous ensemble en s'amusant. Cliquez sur l'image. Ce jeux est le best seller de l'année.

Black friday week amazon

 

Les dictées de concours d'orthographe - Correction

orthoprof.fr

Travaille à la maison sur ton programme scolaire en vidéo
Regarde les cours en ligne de professeur en vidéo. (gratuite et sans inscription)

Nos rues

Qu’elles soient simples venelles, culs-de-sac, avenues ombragées ou vastes boulevards, les quelque sept cents rues quadrillant notre ville racontent à leur manière son histoire, et c’est un plaisir, samedi après samedi, de retrouver l’une ou l’autre dans la Tribune de Genève.

Les tout premiers noms de nos rues sont apparus dans la Genève moyenâgeuse, où, pour se repérer, on recourait à un détail géographique, Rive par exemple, ou au nom d’une corporation, d’un bâtiment proche, voire d’une auberge. Au dixneuvième siècle, quand les bastions et les fortifications érigés au Moyen Age (Moyen-Age) et sous la Réforme se sont vu démolir, la ville jusque-là contenue dans un espace somme toute exigu, s’est mise à croître tous azimuts. Lieux-dits, faits historiques, entre autres, servirent à baptiser les nouveaux espaces et parallèlement, les patronymes firent leur entrée dans la toponymie genevoise. Ainsi Liotard, Toepffer (Töpffer), Louis Favre, Jaques-Dalcroze et moult célébrités de chez nous ont été honorés, comme d’illustres étrangers dont Chateaubriand ou Liszt qui enseigna quelque temps au Conservatoire. Rousseau lui, pour le bicentenaire de sa naissance, a eu droit à un quartier entier. Un hommage posthume, peut-être, pour racheter l’autodafé de ses oeuvres sur la place publique…

Si par le passé, les célébrités jouissaient d’un emplacement respectable, de nos jours, Borges et Albert Cohen n’ont reçu qu’une ruelle. Quant aux femmes, mis à part sainte Clotilde, la Mère Royaume, Madame de Staël et une poignée d’autres, elles n’ont pas droit à une plaque émaillée bleu outremer. Il serait temps de réparer cette injustice et, pourquoi pas, de faire une fleur aux « élues » à venir en rebaptisant les rues des Genêts, de l’Aubépine ou des Asters.


 

 

Le téléchargement de la correction.

 

La correction commentée et expliquée de la dictée est ici (dictée à imprimer)



Achats conseillés par ladictee.fr
       
un classique indispensable Pour s'organiser Bien pratique

Une vraie mine

 

 

 

Visiteurs depuis 2008